NBCP Blog



L. Costantiello : c’est la plus belle...

PROFONDEVILLE - Deux prolongations ont été nécessaires pour sceller l’issue du derby entre Profondeville et IATA qui doit afficher une autre mentalité (93-91).

R2HIATA8

À Profondeville, on sait faire la fête, c’est bien connu. Et quand on gagne de deux points après deux prolongations devant une belle chambrée dont certains amis footballeurs, le succès prend une saveur toute particulière. «Oui, on gagne ce match mais, dans notre situation, si nous avions perdu d’un point, la défaite aurait laissé des traces, confie le coach mosan, Laurent Costantiello qui doit toujours compter sans Cédric Delire blessé. Cette victoire est superimportante dans l’optique du maintien qui reste notre première priorité.» Ainsi, durant cinquante minutes de jeu, les Mosans ont développé une hargne que n’avaient pas les Namurois d’IATA. «Dans un derby, le niveau des équipes tend à s’équilibrer, ajoute Jérôme Joannès, le coach visiteur. Si, dans leur tête, mes joueurs avaient peut-être gagné ce match dix fois avant de le jouer, le résultat est que le vainqueur est celui qui a montré la plus grande envie.»

Celle-ci a permis aux Bleus d’être présents au rebond et d’oser attaquer la raquette adverse avec un certain bonheur voire de décocher certains shoots à distance. Sauf qu’en seconde période, les Profondevillois ont lâché du lest. «Nous avons fait une première mi-temps presque parfaite, notre zone a bien fonctionné mais, un moment, nous avons arrêté de jouer et la chance a tourné. Nos attaques ont été stériles pendant quelques minutes, poursuit Costantiello. IATA attaquait mieux notre défense et disputait davantage les rebonds. Mais l’envie de mes joueurs a fini par éviter une série d’erreurs. À huit et le jeune Jallet qui a bien secondé Wilmot, c’est vraiment une belle victoire. C’est ma plus belle, même plus belle qu’en play-off.»

N’empêche, la remontée des Namurois dans le dernier quart d’heure du temps réglementaire (de 56-39 à 75-75) ne peut voiler un certain malaise. «C’est Profondeville qui s’est mis à faire de mauvaises choses ! Parce que je n’admets pas que mes joueurs, pendant une bonne partie du match, reculent devant l’adversaire. Et sur panier marqué, ils faisaient n’importe quoi, derrière. Ça ne peut pas continuer comme cela, s’insurge Joannès. Nous allons retravailler la défense cette semaine mais est-ce si compliqué de bloquer le rebond, partir en courant, pénétrer dans la raquette et ressortir le ballon? Oui, Collin et Pineur ont forcé, mais qui d’autres avais-je derrière eux? Qui a essayé de créer, provoquer les fautes. Les pivots adverses n’ont guère été mis en difficultés.»

Les Rouges sont dans le creux, mentalement, avant d’aborder de gros morceaux tels Genappe, Waterloo et Mont-Saint-Guibert. Avec Raymond de retour dans le noyau, ils ont pourtant le potentiel pour disputer les play-off. Faut le vouloir, cependant.

R2 Dames : Victoire à Sombreffe 2

SOMBREFFE / PROFONDEVILLE - Grâce à sa probante victoire (39-81), Profondeville prend le bon départ. Sur la ligne, Sombreffe va devoir se rassurer par un prochain rattrapage.

PS5

Le recrutement de Sombreffe laisse encore à désirer, un élément supplémentaire serait utile pour étoffer l’édifice. Même si l’équipe est en progression, elle connaît toujours des difficultés à arracher cette première victoire qui peut les lancer. Sur la même ligne de départ, Profondeville était peut-être la cible idéale mais, à la mi-temps, Benjamin Thémans devait bien se rendre compte que les carottes étaient cuites (19-39), sinon la victoire grandement hypothéquée. «On pousse une bonne gueulante, indiquait le coach qui invitait ses troupes à poursuivre la lutte. Le problème était qu’elles savaient jouer puisqu’elles l’avaient déjà démontré à Baulet et à Awans. Mais ici, quand on est mené de dix points, on baisse aussitôt les bras. Il fallait avoir de l’orgueil et se redresser.» Un sentiment qu’Antonin Gilet n’avait nul besoin d’inculquer mais, malgré l’avantage substantiel, le coach mosan ne pavoisait pas: «Nous avons réalisé une excellente première mi-temps. Avec une bonne assise défensive, nous avons pu partir en contre. Nous devons poursuivre dans cette voie car il ne faut pas croire la partie gagnée, l’adversaire peut sortir du bois.»

Pression à Profondeville ?

La victoire en poche, le coach visiteur attendait toujours cette réaction. Élise Krajnc, un maillon fort de cette équipe sombreffoise, a bien tenté de semer le vent de la révolte mais, faute d’être suivie dans ses mouvements, l’équipe mosane n’eut pas grande difficulté à les arrêter. «Je suis très satisfait du comportement de mes troupes. Les joueuses sont restées concentrées tout le match et les consignes défensives respectées ce qui nous a permis de trouver de bonnes séquence offensives. Elles ne se sont pas contentées de la victoire, elles ont également ajouté la manière, déclare le coach visiteur. Je ne connaissais pas bien l’adversaire mais, aujourd’hui, il s’est découragé au fur et à mesure que nous prenions l’avance. Pour nous, la victoire est une référence. J’espère qu’elle va définitivement nous lancer et qu’elle évacuera la pression que ni le comité ni moi personnellement n’avions mise sur le groupe. On peut comprendre vu la moyenne d’âge relativement jeune.»

Une défaite aussi importante peut inciter au découragement mais ce n’était pas le cas de Benjamin Thémans qui, malgré le coup sur la tête, analysait méthodiquement les stats. «Rien à dire, nous avons été transparents parce que submergés dans tous les compartiments, un off-day complet. Quand on réalise 5/36 à deux points et 2/13 à trois points, il y a un réel problème. Ce n’est pas vraiment la valeur de l’équipe car elle l’a déjà démontrée auparavant. Fleurus et aujourd’hui Profondeville, deux équipes qui allient jeunesse et rapidité, sont peut-être deux styles qui ne nous correspondent pas. J’ajouterai que les joueuses ne sont pas encore tout à fait entrées dans le jeu de la régionale. Un peu de patience mais j’ai bon espoir car bientôt nous rencontrerons des équipes à notre taille.»

Vers l'Avenir, Mardi 1/10/13

R2 Dames : Victoire à Sombreffe 1

La vague visiteuse emporte tout

13-20, 6-19, 10-21, 10-21.

SOMBREFFE : Raziano 3, Leroy 4, Cravillon 7, Vandystadt 9 (1X3), Steinier 4, Stuyckens 4 (1x3), Krajnc 8.

PROFONDEVILLE: E. Gilet 2, Bouillon 15, N. Gilet 14 (2x3), Gaux 11, Brygo 1, Gilson 9 (1x3), Delvaux 9, Deroisy 15 (2x3), Boderi 2, Detrembleur 3.

PS1

Sans tergiversation, les deux équipes tentent de prendre le chemin le plus court pour atteindre l’anneau. Si les Sombreffoises ont l’opportunité d’entamer la marque, la réponse ne se fait pas attendre via le missile de Deroisy. Les échanges sont équilibrés mais la différence au marquoir est à l’avantage des visiteuses qui connaissent une meilleure réussite dans leur approche. Et comme elles se ménagent bien souvent une deuxième chance au rebond, elles prennent rapidement les commandes: 8-16 à la 8e . Vu le retour sombreffois à 13-16, on croit la réaction bien lancée mais ce n’est qu’un feu de paille tant la défense adverse redouble d’intensité. L’effet est immédiat puisque les protégées de Benjamin Thémans ne peuvent développer une attaque digne de ce nom. Réduites à se cantonner au périmètre, elles ne parviennent plus à cibler sinon qu’à de rares circonstances et dans des positions difficiles. La maladresse aidant, le score s’envole: 19-39 à la mi-temps. On pouvait espérer une mise à jour après la pause mais deux pertes de balle d’entrée les plombent à nouveau. Enfin Krajnc secoue le cocotier mais sans rencontrer beaucoup d’assistance d’autant que les visiteuses cadenassent la raquette. C’est une nouvelle vague mosane qui déferle: 29-60. Un léger relâchement permet aux visitées d’activer quelques incursions pour engranger une poignée d’unités. Sans effets escomptés car, insatiables, les Profondevilloises remettent une dernière fois le couvert.

Vers l'Avenir, lundi 30/09/13

R2 Dames : Une défaite honorable

PROFONDEVILLE - Loin d’être favorites, les Profondevilloises n’ont jamais baissé les bras face à l’armada cinacienne (56-64). Elles se retrouvent vendredi.

À plusieurs reprises, les Cinaciennes se sont trouvées dans l’obligation d’alterner rapidité d’exécution et mode moderato afin de trouver le bon rythme face à la combativité de leurs hôtes. Combinées à l’omniprésence de Laloux dès son entrée au jeu, les nombreuses fautes mosanes ont mis les visiteuses sur orbite (14-22, 10e ). Les expérimentées condrusiennes ont ensuite accru quelque peu leur avance au repos (27-38) et ont gardé la direction des opérations, même si, dans le troisième quart-temps, les Bleues ont opposé une belle résistance (8-9). Attentif, l’assistant-coach cinacien Christophe Giaux a rappelé les consignes à ses joueuses. «Nous tenons trop le ballon. Il faut jouer plus vite et surtout servir les grandes.»

Message bien reçu puisque, dans la foulée, les visiteuses ont creusé un écart d’une vingtaine de points. Les Profondevilloise ont alors profité d’un relâchement défensif pour tenter de recoller au score. «Même si c’est une deuxième défaite, ce match est beaucoup plus abouti que la semaine dernière, commentait le coach local, Antonin Gilet. Être battus de huit points face à Ciney est plus qu’honorable. Si nous réalisons le même style de prestation, nous gagnerons certainement des matches. Il faudra continuer à travailler d’arrache-pied. Par contre, notre agressivité se paie cash. Cela me pose problème dans mes choix tactiques puisque plusieurs filles sont pénalisées par de nombreuses fautes. Elles peinent à ajuster le jeu par rapport au coup de sifflet arbitral. Ce groupe est très agréable à travailler à l’entraînement. Cependant, afin d’évacuer la pression, une victoire serait la bienvenue.»

Alors que l’issue du match ne laissait plus aucun doute, Jean-Louis Jacobs a offert du temps de jeu à ses jeunes protégées.

«Si je ne les lance pas lorsque l’on mène de dix-neuf points, alors elles ne joueront jamais. L’expérience des anciennes est connue. Afin de tirer certains enseignements, les jeunes devaient se frotter à cette équipe de Profondeville fort agressive. Cela a d’ailleurs permis à nos hôtes de revenir à huit unités. Nous avons peiné face à leur zone-press mais, à décharge, nous ne l’avions pas encore travaillé à l’entraînement. Cela sera chose faite pour vendredi. Car nous voulons franchir encore l’un ou l’autre palier en coupe AWBB afin de rencontrer des équipes de R1 qui nous permettront d’affiner notre préparation en vue des play-off, premier objectif en ligne de mire. Nous sommes attendus partout et, donc, nous devons prendre tous les matches au sérieux. Nous l’avons bien fait pendant une vingtaine de minutes. Il y a encore des choses à améliorer. Heureusement d’ailleurs, si non, quel serait mon rôle?»

Vers l'Avenir, 24 septembre 2013

R2 Hommes : Profondeville veut éviter… l'aller-retour

NAMUR - Profondeville a terminé la phase classique du championnat provincial à la première place avant de remporter les play-off, synonyme de montée en Régionale 2.

Qu’en sera-t-il à l’échelon supérieur ? Une chose est certaine, la campagne de transfert s’est avérée calme avec deux départs, Louis Hogge et Boris Despeghel, et une seule arrivée, Quentin Gérard.

Le club mosan compte sur l’application des joueurs et l’ambiance au sein du groupe. Et pourquoi la découverte de nouveaux talents.«Ce sera certainement une autre histoire que la saison dernière, confie Laurent Costantiello, lequel sera aidé dans sa mission par son frère Christophe qui coachera les cadets et par Johan Joannes qui dirigera la P2. Car nous ne nous sommes renforcés énormément. Notre atout pour le début de saison sera sans conteste la cohésion entre des joueurs qui se connaissent. Pour la plupart, ce sera évidemment une découverte que ce passage en Régionale. J’aurai à ma disposition une équipe relativement jeune. J’espère, pourquoi pas, qu’un ou deux jeunes joueurs vont exploser. Nous allons essayer de jouer d’abord pour assurer le maintien, tenter de prendre quelques succès et s’amuser sur le terrain.»

À l’aube de cette campagne, Laurent Costantiello sait que la tâche ne sera pas facile. «Pour assurer le maintien, ajoute le mentor mosan, il s’agira de travailler plus intensivement aux entraînements que l’an dernier et développer un jeu beaucoup plus physique.»

Pour inaugurer ce retour à l’étage supérieur, le premier adversaire sera le club liégeois d’Awans.

Vers l'Avenir, 4 septembre 

R2 Dames : A Profondeville, la confiance règne.

PROFONDEVILLE - Au terme de la troisième manche des play-off, les Profondevilloises ont décroché une seconde victoire synonyme d’accessit à la Régionale 2.


Coachs R2D

Année faste pour le club puisque les messieurs ont également accédé au niveau supérieur à l’issue des play-off.

Au bout du compte, cette saison s’apparentera à une nouvelle page d’histoire puisque le New Profondeville alignera une filière dames complète avec, outre la R2, une équipe féminine à chaque niveau provincial.

En plus d’affronter les équipes hennuyères de Baulet, de Fleurus, de la Docherie, de Pont-de-Loup, de Thuin-Lobbes et les formations liégeoises d’Alleur, d’Awans, de Bellaire et d’Angleur, les Profondevilloises devront également s’acquitter de solides derbys face à leurs voisines de Ciney, de Boninne, d’Andenne et de Sombreffe.

Afin de relever ce nouveau défi, le groupe est resté globalement inchangé. Revenue de blessure, Cornélia Kiluwika suppléera le départ de Marie-Anne Romnée, envolée vers les États-Unis pour une année. «La volonté du club est de poursuivre avec le même groupe, de démontrer ses qualités en intégrant pas mal de jeunes, explique le secrétaire Pascal Anthonissens. L’idée est de donner la chance aux joueuses formées au club d’évoluer tant en P1 qu’en R2. Nous ne voulions pas nous renforcer de mercenaires car les filles se sont battues pour gagner le droit de jouer en R2. Avant de viser plus haut, nous désirons stabiliser durant quelques années l’équipe à cet échelon afin que nos jeunes recrues acquièrent de l'expérience.

Vers l'Avenir, le 4 septembre.

P1 Dames : le suspens est garanti

NAMUR - Les grands mouvements du mercato du mois de mai vont enfin pouvoir rendre leur verdict. En effet, il faudra voir comment la sauce va prendre chez les différents prétendants aux play-off.

Et à Maillen, où on a recruté des valeurs sûres de la P1 mais aussi des divisions supérieures avec notamment Ory et Chainiaux, la préparation n’a pas été optimale. «Avant le match de coupe de province de ce week-end, nous n’avons pu disputer qu’une seule rencontre durant le mois d’août. Nous avons remporté en effet une rencontre par forfait en coupe AWBB et subi deux désistements en amical, regrettait le coach Alain Alexis. On doit donc maintenant rattraper notre retard.»

Une cohésion à créer également à Bouge où, après avoir loupé les play-off de peu, Arnaud Mauroy a voulu renforcer son secteur intérieur avec les arrivées des sœurs Huyghe et de Guns. «Mais ce n’est pas pour autant qu’on changera notre façon de jouer, basée sur la vitesse. L’avantage c’est que maintenant nous possédons aussi des filles capables de jouer dos à l’anneau.»

Un secteur intérieur percutant que posséderont l’habituel Natoye mais aussi Loyers qui essayera de mieux commencer la saison que l’année dernière, avec un 0/3 d’entrée, et Hamois où Michel Jeanmart a voulu au moins doubler chaque poste. «Même si pour le moment, je dois composer avec diverses absences, il faudra se battre pour sa place.» Qu’à cela ne tienne, les Condrusiennes ont signé de belles performances en coupe AWBB, en battant Monceau (R1) et Péronnes (R2).

Derrière, des équipes comme Belgrade qui, malgré son statut de promu, a une certaine expérience de la P1 avec les anciennes joueuses de Bouge, mais aussi les jeunes équipes B de Ciney, Profondeville et Boninne, pourraient créer la surprise.

Vers l'Avenir, 5 septembre.

P2 Dames : Bouge, Boninne, Profondeville sur le Podium

NAMUR - Pour certains, l’objectif de cette saison sera de faire mieux que l’année dernière ! C’est notamment le cas de Manu Biller, à la tête de la formation de Hamois : « L’an passé, les filles ont gagné trois rencontres.

J’espère donc faire mieux ! Mon noyau n’a pas changé, ce sont des copines, jeunes, qui jouent ensemble, elles sont motivées. J’ai la chance de travailler avec une équipe soudée. La mi-classement me semble un objectif raisonnable. »

Même objectif pour La Plante avec une formation «qui évolue bien» et qui est toujours dirigée par Krisztof Lara.

Du côté d’Éghezée, le pronostic est incertain. Didier Robinet reprend les filles et ne se prononce pas avant de découvrir la capacité de son noyau.

À Floreffe, Matthieu Pretto vise le top 5: «Le groupe de l’année passé s’est disloqué avec un bon nombre d’arrêts et de départs, laissant place à un noyau rempli de bonne volonté auquel est venu se greffer une équipe quasi entière de Mazy. Il est primordial de trouver un véritable esprit de groupe, de se prendre au jeu en accrochant un maximum de matches. »

Profondeville, Bouge et Boninne pourraient, par contre, se disputer le podium. Nicolas Maigret à Profondeville alignera des joueuses qui n’ont jamais jouer ensemble mais recelant un bon potentiel. «Je vise le haut de tableau avec des jeunes qui n’ont jamais joué ensemble. Il faudra le temps que la mayonnaise prenne mais le trio de tête me semble accessible.»

Mêmes ambitions du côté bougeois avec Jean-Luc Lalmand: «Mes filles ont envie de jouer la tête du classement, elles ont une excellente mentalité et beaucoup d’acquis, c’est un groupe homogène qui n’est pas là pour faire de la figuration. »

Elles devront toutefois affronter Namur ainsi que Boninne aux objectifs semblables, avec des joueuses qui, là, ont toutes un bon «bagage basket »

Vers l'Avenir, 6 septembre 2013.

Le DT sait tout faire !

Michel Themans, le directeur technique du club, est réellement au four et au moulin… En voici l'illustration parfaite.  Santé !

Mais--c-est-Michou.1.jpg


Les jeunes du club en sélection provinciale

Des joueurs nés en 1999 et des joueuses nées en 2000 sont sélectionnées provinciales cette année.  Leurs performances lors des journées régionales des jeunes où les équipes de chaque province s'opposent leur permettront peut-être d'être selectionné(e)s régionaux.  A suivre…

Les garçons namurois ont gagné deux matches (Liège, Luxembourg) et se sont inclinés deux fois (Hainaut, Brabant)
Les filles namuroises ont gagné leurs quatre matches...

Pour les garçons, nous avons les joueurs suivants : Théo Bastin (8 sur la photo) , …

Pour les filles, deux joueuses étaient sélectionnées : Sarah et Eline (à gauche sur la photo).

A suivre...


© webmaster NBCP2016